Ouverture de la hutte à pains le mardi

Depuis le 5 avril 2016, nous vous proposons un second temps de vente à la ferme, le mardi à partir de 17h. Les pains seront fabriqués sur commande (à effectuer avant le lundi midi) et vous attendront à la hutte à pains.

Commande auprès de Stéphanie au 06 22 13 18 09 ou steph@lafermedumontdor.fr

La hutte à pain : espace de vente des produits de la ferme : pains et farines notamment

Posted in Non classé | Leave a comment

Innondation !!! accès limité !!

Arrivée au mont d’or, les pieds dans l’eau… Ce matin…
… Et probablement ce soir ! … (Cf photo…)

image1

!! Changement de lieu !!
Petite info en urgence pour le temps de vente habituel à la ferme du Mont d’Or en fin d’après-midi (17h-19h) :
Nous déplaçons exceptionnellement le lieu de vente (pains, farines et légumes secs) à la salle associative du Thou située derrière la mairie… (A proximité du terrain de tennis). Les horaires ne changent pas… Et nous aurons le plaisir de vous accueillir dans un lieu plus adapté en terme d’accès.
Merci pour votre compréhension.
Emmanuel, Stephanie et Cedric.

Posted in Non classé | Leave a comment

La Hutte à Pain change de look

 

 

Depuis sa construction, la Hutte à pains, notre petit local de vente à la ferme, s’est progressivement améliorée.

Aujourd’hui, c’est avec un recyclage de bois de palette et de la peinture noire que ses façades intérieures sont habillées.

_DSC9114       _DSC9113

 

Vente à la ferme le mardi et le vendredi de 17h00 à 19h00, pains disponibles sur commande.  

Pensez à réserver auprès de Stéphanie au 06.22.13.18.09 (message oral ou sms) ou steph@lafermedumontdor.fr

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Zoom sur…l’AMAP de Dompierre/mer

bandeau-site-echo-hab1L’AMAP des Écohabitants des deux mains a vu le jour à la rentrée 2011.
 
Elle est issue de la volonté d‘une poignée d’irréductibles Rochelais pensant globalement aller vers la transition écologique, et agissant localement au quotidien sur leurs consommations. 
Pour cela s’est structurée une AMAP en association loi 1901 avec ​Anne, la secrétaire, ​Fathia l​a trésorier​e,​Fabien le gestionnaire du site internet, et J-Philippe le président​  très symbolique pour les instances le demandant. Car l’amap s’organise désormais en un collège solidaire d’adhérents bénévoles au nombres de 12.​ Chacun faisant sa part pour faire tourner l’association et que les relations producteurs adhérents fonctionnent au mieux pour l’ensemble des produits distribués et comme toujours commandés à l’avance !

 Le tout s’organise sur deux lieux de distribution et de vie associative.

  1. La Rochelle en plein centre le​s jeudi​s dans un local partagé de la mairie, Parking Norte Dame côté non payant​ : 42 rue des Voiliers http://goo.gl/maps/7uKDR  

  2. Dompierre sur Mer le​s mercredi​s où l’AMAP accueillie ​par le centre social «Village d’Aunis» maison des habitants ​parking libre​ : 05 espace M. Crépeau  http://goo.gl/maps/NpI5Z   

 
Il est distribué des produits très majoritairement BiO : ​par des contrats ​pour les légumes, ​et autres pains, fromages, ​oeufs, poulets, agrumes, farines légumineuses​, fruits, et en commandes ponctuelles pour les viandes, bières, miels, huiles, pommes…
A long terme, nous nous orientons également vers le maintien d’une agriculture paysanne en créant un collectif de maraîchers désirant s’insérer au plus proche de la ville en reprenant une ferme pour y habiter, produire, transformer, accueillir, former, éduquer ou encore se tester au maraîchage. 
Ce collectif s’articule dans une très belle mixité ​de porteurs de projets : Elsa et Sébastien,  Matthieu et ​Raphaëlle, ​Sophie, ​JPhilippe et Céline et une vingtaine d’​adhérents​.​  Puis en mai 2015 il en est née une association qui porte ce projet et la structuration d’une filière locale soutenable et bio : le Collectif Fermes Urbaines – La Rochelle​.  collectiffermesurbaines@gmail.com
Nous souhaitons un trait d’union pour les urbains et ruraux, replaçant la biodiversité  comme moteur d’emplois et de vie là où le consumérisme foncier et l’éloignement sont devenus la norme.​ 
En cela l’association suit les projets d’Écoquartiers Rochelais vecteurs importants de la transition écologique et sociale. ​Car ce projet très urbain peut aussi accueillir une micro ferme productrice de vie et d’énergie renouvelable !
jJP.oudotL​e collectif fermes urbaines y orientera un projet de ferme urbaine au coeur de ces Écoquartiers, elle soutient activement les efforts de reprise de la ferme de La Moulinette où un projet exemplaire peut voir le jour, et elle proposera un partenariat avec le CCAS et la commune de Dompierre propriétaire de la ferme Rieux… 
Les occasions ne manquent pas de faire sa part et de donner sens à de tels projets humains et c’est des deux mains ! »
Contact : amapdesdeuxmains@gmail.com   ou    06 04 42 90 10​
Jean-Philippe Oudot, correspondant fruits/agrumes
Posted in Non classé | Leave a comment

En quoi consiste la certification Agriculture Biologique ?

De nos jours les labels en tous genres se multiplient et ne renvoient pas toujours à un véritable cahier des charges.

Concernant la certification « Agriculture Biologique », il correspond à un cahier des charges très précis, spécifique à chaque production.

Cette certification a un coût (environ 800€ par an pour la ferme du Mont d’Or) et représente un travail de tous les jours ; néanmoins nous estimons essentiel de la mettre en place car c’est le moyen de rendre nos pratiques transparentes auprès de nos clients et consomm’acteurs. Il nous a donc semblé important de vous expliquer en quoi consiste pour nous ce contrôle.

logo_abLa certificiation AB à la Ferme du Mont d’Or, c’est toute l’année ! :

Concernant les cultures, la tracabilité des graines est de mise. Qu’il s’agisse de semences fermières ou de semences achetées et certifiées, le suivi des graines est organisé de la mise en culture au stockage à la ferme ou lors de l’envoi à la coopérative d’agriculture biologique de Poitou-Charentes (CORAB Centr’Atlantique).

Concernant le pain, il s’agit de prouver que toutes les matières premières achetées à l’extérieur (raisins secs, graines, chocolat, noix…etc) sont bien de qualité biologique. Pour chaque achat, nous gardons une copie de toutes les factures attestant de cette qualité. Chaque produit est listé dans un tableau assurant la traçabilité des produits. Nous devons aussi obtenir le certificat AB de chaque fournisseur.

100212_EU_Organic_Logo_IsoCDéroulement du contrôle annuel ECOCERT

Un contrôle annuel au moins est obligatoire pour valider chaque production de l’année en AB. (Un second contrôle inopiné peut avoir lieu certaines années).

Le controleur ECOCERT prend rendez-vous 2 ou 3 jours avant de venir. Le contrôle peut durer 3 à 4 heures et porte sur les points suivants :

CULTURES :

  • contrôle de l’origine AB des semences (conformité des factures et origine des semences fermières)
  • cohérence entre les factures, ce qui a été semé et les récoltes (déclaration PAC, etc)
  • visite physique des parcelles avec possibilité de prélever un échantillon de terre en vue d’une analyse précise.

PAINS :

  • contrôle des factures de matières premières
  • contrôle de leur traçabilité
  • contrôle de la cohérence entre le volume des matières premières achetées et le volume consommé par la production.

farine-sarrasinLes étiquettes produits :

Les étiquettes présentes, notamment sur les farines et légumes secs, doivent être validées par Ecocert. Le logo AB européen est obligatoire, le logo français est facultatif. Leur taille et couleur sont précises et doivent être respectées. Le numéro de l’organisme certificateur est obligatoire (FR BIO 01 pour Ecocert).

Tous les certificats sont consultables sur internet. Voici le lien pour consulter celui de la Ferme du Mont d’Or.

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Un film très « aérien » présentant la ferme !!

drone-filmDans le cadre du partenariat avec la chambre d’agriculture de la Charente-Maritime, et suite aux temps de formations sur le volet auxiliaires de grandes cultures, Clarisse ROBINEAU nous a proposé de réaliser un film de présentation de la ferme, en mettant l’accent sur les aménagements (haies, bandes enherbées, agroforesterie, rotation de cultures…) permettant un meilleur accueil des auxiliaires de cultures.

droneSon collègue Christophe MAUGER est intervenu pour réaliser quelques photos et l’ensemble des vidéos du film. Ainsi, il a pu réaliser les interviews, les images fixes et au sol. Et il a également pris des vues aériennes à l’aide d’un drone équipé d’une caméra GoPro. Avec un vent pourtant assez fort, le drone a pu réaliser de nombreuses images de l’ilot principal (50 hectares d’un seul tenant) de la ferme, à des hauteurs très contrastées (de 1 à 2 m au dessus des cultures à 150 m, correspondant au plafond maximun autorisé pour utiliser ce type d’engin volant. Dans l’attente de vous présenter le film, nous avons quelques images de ces instants de création.

Posted in Non classé | Leave a comment

« La Guerre des Graines », le combat de Vandana Shiva.

a-blés-anciensUne guerre souterraine … et silencieuse – traduite en acte de résistance au Mont d’Or !

Les graines sont le premier maillon de notre alimentation. Mais dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut être plus le droit de ressemer leurs propres graines. En Europe, une loi tente de contrôler l’utilisation des semences agricoles… Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers qui contrôlent déjà la moitié du marché des graines et cherchent à étendre leur privatisation.

Les graines sont-elles une marchandise ou un bien commun de l’humanité au même titre que l’eau ou l’air ?

Nous avons décidé de militer au Mont d’Or pour la conservation de blés anciens.

« La Guerre des Graines », un documentaire traitant de la lutte pour une agriculture paysanne face aux industriels, et notamment du combat de Vandana Shiva.
Pour voir le reportage  : C’est ICI !

Posted in Non classé | Leave a comment

Les paysans-boulangers cultivent les graines de résistance

paysans boulangers« Les pieds dans la terre et les mains dans le pétrin, ils vont à contre-courant de l’industrialisation de la boulangerie et de la culture du blé. Les paysans boulangers réinventent le métier en remettant au goût du jour les semences paysannes. Ils s’émancipent des industries semencières afin de ne plus dépendre du système agricole industriel. »

Extrait de l’article « Les paysans-boulangers cultivent les graines de résistance » diffusé le 22 mai 2015 sur le site « http://www.reporterre.net » écrit par Anaïs Cramm et Lorène Lavocat

Pour voir l’intégralité de l’article : C’est par ici !  ou  C’est par là !

Posted in Non classé | Leave a comment

Les moissons en avance cet été !

IMG_2386Récoltés !!

En effet, la première partie de la récolte s’achève avec les pois verts (dédiés à être valorisés en pois cassés), l’avoine nue (Cf PHOTO – pour la floconnerie valorisée dans les mueslis notamment), le grand épeautre (pour la meunerie), les lentilles vertes, la cameline (pour l’huile)  et les blés tendres, mélange de variétés anciennes et modernes (dont la totalité sera conservée à la ferme avant de la transformer en farine. Un résultat satisfaisant dans la globalité.

IMG_2363Plus en détail, en ce qui concerne les blés panifiables, malgré un précédent cultural propice pour l’une des parcelles (précédent luzerne), il semble que la production ait été limitée par le manque de fertilisation et le coup de chaud de la fin du printemps, qui a coupé trop rapidement la fin du cycle végétatif, ne permettant pas à certains grains de se remplir. Mais pas d’inquiétude pour garantir la fabrication de farine et de pain pour l’année à venir. Le stock est suffisant.

Il nous reste prochainement à intervenir sur le seigle, l’engrain et les pois chiches.

Cette année, nous avons eu à nouveau la visite des cigognes présentes il y a deux ans. Le spectacle est toujours aussi beau.

Manu.

Posted in Non classé | Leave a comment

La ferme du Mont d’or : support pédagogique sur les auxiliaires.

IMAG0475

Le 21 mai, un groupe de conseillers en formation sur la thématique des auxiliaires en grandes cultures, s’est rendu sur la ferme du Mont d’Or. L’après-midi a été consacré à l’observation des auxiliaires présents dans la parcelle de pois. En effet, les pucerons étaient bien installés mais aussi les auxiliaires. Nous avons observés beaucoup de coccinelles à 7 points, des syrphes en prospection pour pondre ainsi que leurs œufs. Les pucerons parasités signes de l’activité des hyménoptères parasitoïdes étaient également bien visibles.

L’après-midi a été complétée par la présentation de la ferme par Emmanuel MARCHAND et la visite des éléments paysagers comme les haies et les bandes enherbées. Ce fût l’occasion d’observer des coccinelles roses, des coccinelles à 16 points et bien d’autres insectes.

Le 1er juin, retour sur la ferme du Mont d’or avec un autre groupe de stagiaires. Dans la parcelle de pois les pucerons perdaient du terrain. Les nombreuses larves de syrphes et coccinelles finissaient le nettoyage. Les momies de pucerons se multipliaient aussi.

P1140386Au 8 juin, plus de pucerons dans la parcelle de pois. Restaient juste des pupes vides de syrphes et des nymphes de coccinelles (photos jointe) témoignage de la transformation des larves en adultes. Quelques larves de coccinelles finissaient leur développement.

Clarisse ROBINEAU, chambre d’agriculture de Charente-Maritime.

Posted in Non classé | Leave a comment

Gerer les adventices en BIO !

Démonstration : utilisation de la herse étrille

Démonstration : utilisation de la herse étrille

Article rédigé par Olivier Guérin de la chambre d’agriculture de la Charente-Maritime suite à l’après-midi – formation « bout de champs » sur la ferme.
 
Gérer les adventices en bio : du préventif au curatif à la ferme du Mont d’Or
 
3 agriculteurs candidats au passage en bio et 2 producteurs bio se sont retrouvés pour échanger sur la gestion des adventices en grandes cultures Bio mardi 10 Mars. Emmanuel Marchand, producteur de grandes cultures sur la commune du Thou a accueilli les participants de cet après-midi organisé par le GAB 17 et la Chambre d’agriculture.
Après avoir présenté l’historique de l’exploitation et le matériel agricole, Emmanuel a insisté sur la cohérence du projet construit par sa sœur, son épouse et lui-même depuis la conversion en bio de la ferme familiale en 2010. A savoir intégrer la biodiversité utile (auxiliaires de cultures) en leur offrant le gîte et le couvert avec des bandes enherbées et de l’agroforesterie, deuxièmement, assurer une valorisation économique par la transformation d’une partie de la production de blé en pain.
Afin d’accompagner les agriculteurs dans une lutte optimale contre les adventices, les conseillers de la Chambre d’agriculture du GAB 17 et de la CORAB ont animé un tour de plaine pour identifier les adventices et discuter des techniques préventives (rotation, faux semis) et de désherbage mécanique les plus appropriées. Les témoignages des agriculteurs ont permis de partager les avantages et inconvénients des outils utilisés.
Une attention particulière a été apportée à la biologie des adventices, aux éléments propices à leur germination et à leur développement, ainsi qu’aux méthodes de lutte les plus efficaces.
Une démonstration de herse étrille (12m à dents courbées) par Emmanuel a clôturé l’après-midi. Les agriculteurs et conseillers ont échangé sur les réglages les plus adaptés de la herse étrille en fonction des caractéristiques du sol, du stade de développement des cultures et des adventices.
Pour plus d’information sur les adventices, leur biologie et les techniques de lutte appropriées consultez http://www.infloweb.fr/.
 
Posted in Non classé | Leave a comment

Semis des pois chiches

pois-chiche

Le pois chiche, nouvelle culture au Mont d’Or, depuis l’année dernière, est a nouveau implantée depuis cette semaine. Elle appartient à la famille des légumineuses et elle est appréciable à plus d’un titre : au niveau agronomique en tant que culture autonome du point de vue de l’azote (qu’elle prélève dans l’air), pour augmenter la diversité au champs et pour une valorisation à la ferme en vente directe et farine.

Connus depuis l’Antiquité, les pois chiches étaient alors appelés hallaru et étaient la source alimentaire en Mésopotamie. Du latin cicer, il aurait donné son nom à Cicéron, car l’un de ses ancêtres avait une verrue semblable à un pois chiche sur le bout du nez.

Il est souvent dit que le pois chiche conquit l’Europe au Moyen Âge après que les croisés l’eurent découvert. Néanmoins, des fouilles archéologiques attestent de sa présence avant le IXsiècle. Il aurait été introduit en Europe du Sud par les Phéniciens.

Le pois chiche fait partie de la famille des Fabacées. Le pois chiche mesure environ 50 à 60 cm. Ses feuilles composées de 8 à 15 cm de long sont ovales, dentées, caduques et vertes.

Ce légume-graine fleurit en mai-juin. Les fleurs sont blanches ou rosées. Les fruits ou gousses sont petits et contiennent une ou deux graines.

En cuisine, il est apprécié avec le couscous. On peut le faire cuire à l’eau, le déguster en purée ou avec de l’huile d’olive. On peut aussi faire de la farine avec le pois chiche. Torréfié, il servait autrefois de succédané de café.

En outre, le pois chiche possède de nombreuses vertus, il est riche en protéines, glucides et fer, mais aussi en vitamines B et C. Avec une nouvelle culture, le paysage change au Mont d’Or.

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Semis de lentille verte associée à la cameline

 

Lentilles et cameline en culture associée.

Lentilles et cameline en culture associée.

Lentille….

La lentille va être bientôt semée au Mont d’Or. Elle appartient à la famille des légumineuses. Pour sa croissance, cette plante utilise l’azote de l’air grâce à ses nodosités et ne nécessite donc pas d’apport d’engrais. C’est une plante annuelle qui se sème, dans nos régions, en mars pour être récoltée en juillet. La petite fleur, une fois fécondée, se transforme en gousse de 15 mm de long renfermant 1 à 2 graines lenticulaires.

La lentille est une légumineuse très ancienne, consommée de tout temps en Europe, Moyen-Orient et Inde. Nutritive, tendre et savoureuse, la lentille verte est facile à digérer et appréciée des enfants. Très intéressante pour sa teneur en protéines, elle est également riche en fibres et en minéraux tels que fer, phosphore et magnésium. Le prétrempage n’étant pas nécessaire, elle est facile d’utilisation. Les lentilles peuvent être consommées chaudes ou froides en salade, seules ou associées à une céréale pour un plat plus complet.

… et Cameline :

Sur la ferme, la lentille est semée en association avec la Cameline. Cette dernière sert à la fois de tuteur, et d’étouffeur de mauvaises herbes. La came­line, appe­lée également « Sésame d’Allemagne » ou « Petit lin »,était déjà culti­vée par les Celtes pour obte­nir de l’huile ali­men­taire. Tombée dans l’oubli vers la fin du XIXème siècle, elle connaît aujourd’hui un nouvel essor, notam­ment grâce à son taux élevé d’acides gras essen­tiels de type oméga 3.

Cette plante rus­ti­que de la famille des cru­ci­fè­res pré­sente par ailleurs un inté­rêt par­ti­cu­lier en agro­no­mie. Résistante aux rava­geurs et mala­dies, elle est géné­ra­le­ment asso­ciée à d’autres cultu­res comme les len­tilles, le blé ou les pois car elle recou­vre den­sé­ment le sol ce qui évite la pro­li­fé­ra­tion des mau­vai­ses herbes. Elle est donc par­ti­cu­liè­re­ment appré­ciée en agri­culture bio­lo­gi­que.

Posted in Non classé | Leave a comment

La ferme des Mondo-riens du Thou

      • Il y a des gens, vous vous demandez,
      • Enfants, quels mômes ils étaient
      • .
      • Pour d’autres, la question ne se pose pas
      • Chez les « Mondoriens » ça se voit.
      • .
      • Leur ferme est un terrain de jeux
      • Tutoyer la nature et lui dire « je »
      • .
      • « On a qu’à dire, qu’on serait dans un paquebot, un palais ! »
      • Ils s’interrogent sur le « beau », et cultivent le palais
      • .
      • Ils sont « fermiers des familles »
      • Boulangeur de temps, éleveurs de papilles
      • .
      • Leur ferme n’existe que s’ils la partagent
      • La nature ici, comme eux, pas forcément sage
      • .
      • Ici, il y a toujours eu des cabanes, dans les arbres, dans le jardin
      • Aujourd’hui, ils nourrissent, ils construisent un fournil, un pétrin
      • .
      • J’aurai pu faire des métaphores sur le pain quotidien
      • Sur le sel de la vie, les graines,  le levain
      • .
      • Le blabla sur la mère nature et ses dictons
      • Mais même en slam, ils détestent les sermons
      • .
      • Bio ou pas, une ferme c’est d’abord des gens
      • Venez voir, eux, ici, ils continuent à cultiver leurs rêves d’enfants !
      • .
      • « Bio-localement-pas triste », un terrain de jeux
      • Venez tutoyer la nature et lui dire « je »

Po-Po-Po-wête   (CEDRIC)

Posted in Non classé | Tagged , | Leave a comment

L’agroforesterie au Mont d’or

borne-agroforesterieAvec l’installation début janvier d’une borne pédagogique présentant les services recherchés par la mise en place de parcelles agroforestières au Mont d’Or, je souhaite vous représenter rapidement les fondamentaux. [Bornes réalisées sur plusieurs fermes agroforestières par Nature Environnement 17 (coordonnées ci-dessous). Projet soutenu techniquement et financièrement par de nombreux partenaires – voir logotypes sur panneau]

L’Agroforesterie c’est l’idée de produire en réintroduisant l’arbre au sein de parcelles agricoles dédiées à la culture ou à l’élevage. Autrefois jugé gênant, l’arbre a été victime de la mécanisation et du remembrement alors que les systèmes agroforestiers anciens, tels que les prés vergers ou les joualles (arbres fruitiers et vignes) ont prouvé depuis longtemps que les arbres et l’agriculture étaient compatibles. Ce système agricole, encore très présent dans les pays du bassin méditerranéen tel que l’Espagne ou le Portugal, connaît de nouveau un regain d’intérêt en France depuis plusieurs années.

panneau-agroforesterieEn effet, des programmes regroupant agriculteurs et chercheurs démontrent que l’agroforesterie est un système productif rentable pour les exploitations modernes. La production de biomasse est de 10 à 60 fois supérieure en agroforesterie si l’on compare avec un assolement où, cultures et production de bois sont séparées. De plus, l’impact positif sur l’environnement est non négligeable : paysager, protection des sols, fixation de carbone, protection des nappes, maintien de la biodiversité…

En Poitou-Charentes, des exploitants agricoles participent à un programme de recherche permettant entre autre de mesurer le retour et le maintien de la biodiversité.

Coordonnées du porteur de projet :

logo-NE17-2015Marion BOURSIER
Nature-Environnement 17
Groupe scolaire Descartes
Avenue de Bourgogne – Port Neuf
17 000 La Rochelle
www.nature-environnement17.org
Tél : 06 42 70 48 44 / 05 46 41 39 04
 
Posted in Non classé | Leave a comment