- Mosaïque de cultures -

Mosaïque de cultures et rotation
La perspective que nous nous donnons consiste à prévoir à terme, sur l’exploitation, en moyenne, une dizaine de cultures en rotation, sur environ 12 ilots de culture, le tout en intégrant 15 à 20 % de luzerne implantée pour 3 années successives.
Le passage en agriculture biologique, en 2013, s’est accompagné d’une augmentation du nombre de cultures sur la ferme. Ainsi, actuellement, 12 productions différentes sont présentes  :
 
1- blé tendre d’hiver, pour la panification,
2- pois verts, destiné aux pois cassés,
3- tournesol de bouche, pour les graines de tournesols décortiquées,
4- sarrasin pour la meunerie,
5- soja pour l’alimentation humaine,
6- maïs popcorn,
7- pois chiche pour l’alimentation humaine,
8- Épeautre pour la meunerie,
9- Lentille pour l’alimentation humaine (légumes secs),
10- Engrain pour la meunerie,
11- Cameline pour l’alimentation humaine (huile),
12- luzerne pour l’alimentation animale.
 

Afin de participer à l’entretien de la structure du sol, une bonne rotation fait se succéder des plantes ayant des enracinements différents : un enracinement profond (ex : luzerne) permet de fissurer le sol en profondeur, tandis qu’un enracinement superficiel permet d’améliorer la structure en surface. La succession culturale permet ainsi d’améliorer naturellement la structure du sol : décompactage, drainage, aération…

Les légumineuses jouent un rôle privilégié :

    1. en prairies temporaires, tel que la luzerne, pour une valorisation auprès d’éleveurs locaux ;
    2. semées à la dérobée sous couvert de céréales ;
    3. ou comme culture de vente : lentille, petits pois ou soja.

Dans le cas de prairie temporaire, les légumineuses entrant dans les rotations sont très efficaces, une fois installées, pour étouffer la croissance de certaines mauvaises herbes annuelles. Leur fauchage a beaucoup plus d’effets sur la croissance des mauvaises herbes annuelles que sur celle des plantes fourragères et des légumineuses.

Dans la rotation, l’implantation d’engrais verts entre deux cultures est également importante. Ils protègent le sol en hiver contre l’érosion et la perte d’éléments minéraux. En fonction de son stade de maturité, l’engrais vert peut contribuer également directement à l’amélioration de la structure et du taux de matière organique du sol.

La rotation des cultures est donc le pivot de notre organisation en agriculture biologique. Elle offre, à priori, la méthode la plus efficace de lutte contre les ravageurs, les maladies et les problèmes de mauvaises herbes et d’entretien et d’enrichissement du sol.

 

- sur le même sujet -

Biodiversité

  Vivre au cœur de la biodiversité Biodiversité dite « fonctionnelle (1) » ou biodiversité globale, sa prise en compte justifie une remise en cause des pratiques agricoles, un aménagement des espaces pour laisser plus de place à [...]

lire la suite

Reboisement

Un paysage à étoffer, une biodiversite à conforter La plaine de l'Aunis a subi de nombreux déboisements depuis des décennies, et il est urgent de recréer des espaces de nature type corridors (haies, bandes enherbées, prairies...) pour [...]

lire la suite

Eau

Gestion de la "Re-Sources" en Eau Depuis quelques années, la ferme dispose réglementairement d'un volume de 20 000 m3/an environ, de quoi irriguer « classiquement » une dizaine d'hectares type maïs grain, la culture la plus irriguée en plaine [...]

lire la suite

Agroforesterie

Photo prise en février 2013 sur la ferme : LE PAYSAGE CHANGE !  Agroforesterie et blés anciens se côtoient désormais. 15 hectares en agroforesterie : C'est une plantation mise en place l'hiver 2012-13 au Mont d'Or grâce à l'aide de nombreux [...]

lire la suite